DEBAT INTER-RELIGIEUX

DEBAT: Qu’est-ce que le dialogue interreligieux ?

Geneviève Comeau, religieuse xavière et professeur de théologie nous donne quelques clés sur le dialogue interreligieux

Les événements qui ont secoué notre pays au mois de janvier 2015 sont une occasion pour chacun d’entre nous de réfléchir à la manière dont nous nous engageons au quotidien pour faciliter le « vivre ensemble » à travers la pratique du dialogue interreligieux, pour chercher sans cesse à mieux connaître l’autre. Qu’est-ce que le dialogue interreligieux ? Geneviève Comeau, religieuse xavière et professeur de théologie nous donne quelques clés. (Un article paru dans la revue « Volontaires en Eglise » de la DCC, de juin 2015).

Qu’est-ce que le dialogue interreligieux ? Ce n’est pas un dialogue entre religions ou institutions, mais entre des personnes qui appartiennent à des religions différentes et reconnaissent leur égale dignité humaine. Le dialogue est une rencontre qui devient parole, où il y a respect et écoute réciproques, et qui comporte des enjeux existentiels. Ce n’est ni une négociation sur le contenu de la foi, ni un débat où on chercherait à marquer des points, ni une tentative de convertir l’autre.

C’est une attitude profonde, marquée par le désir de rencontrer l’autre dans sa différence ; pour un chrétien, elle s’enracine dans la foi que Dieu Lui-même a pris l’initiative du dialogue avec l’humanité.

Que dit le Magistère ?

Le Magistère de l’Eglise catholique a répertorié quatre formes : le dialogue de la vie quotidienne, le dialogue des œuvres (collaborations diverses, vie associative…), le dialogue des échanges théologiques, et le dialogue de l’expérience religieuse. Aujourd’hui les questions concrètes de société (paix, justice, liberté religieuse, etc.) sont devenues brûlantes, et donnent beaucoup de poids aux deux premières formes de dialogue.

Un enjeu pour notre monde actuel

© Association Coexister / Corinne Simon.

© Association Coexister / Corinne Simon.

Ce dialogue interreligieux est un enjeu pour notre monde actuel. Nous vivons dans un monde divisé et fragmenté, où il devient urgent, pour résister à la violence, de retrouver ce qui fait notre commune humanité, quelle que soit notre origine ethnique ou notre appartenance religieuse. « Servir l’unité de l’humanité, dont les chrétiens croient qu’elle a sa source dans le Verbe de Dieu, telle est la vocation et la mission de l’Eglise. Le dialogue interreligieux est une des formes de ce service de l’humanité. [1]» Il s’agit donc de travailler à un vivre-ensemble fraternel, où chacun puisse avoir sa place.

Des attitudes très concrètes

Cela passe par des attitudes très concrètes : la manière de parler de l’autre, le souci de dépasser les amalgames et les stéréotypes, ainsi que le désir d’approfondir sa propre foi et les ressources qu’elle donne pour une rencontre de l’autre en vérité. Dans La Joie de l’Evangile, le pape François parle du dialogue interreligieux comme faisant partie du « dialogue social comme contribution à la paix » !

Comment pouvons-nous être acteurs de dialogue interreligieux ?

  • En étant des hommes et des femmes de relation.
  • En s’intéressant à l’autre, à ce qui donne sens à sa vie.
  • En prenant au sérieux la dimension religieuse des cultures du monde : ouverture à « plus grand que nous », qui peut redonner souffle et espérance à nos vies.
  • En sachant écouter… et aussi parler ! Dire de manière simple et existentielle la foi en Jésus-Christ.
  • En témoignant, par sa vie, de « l’humanité de Dieu » : Dieu est venu nous rejoindre dans toutes les dimensions de notre humanité, pour nous apprendre à devenir plus humains.

Catho-News.com / Source: JEUNES CATHOS BLOG 

 

[1] Geneviève Comeau, S’asseoir ensemble. Les religions source de guerre ou de paix ?, Médiaspaul, 2015, p.79

Facebook Comments
Tags

cathonews

Catho-News est un magazine web religieux créer dans le but d'aider les paroisses, chapelles et mouvements d'action Catholique a pouvoir mieux communiquer entre eux. Avec le grand Apôtre et évangélisateur saint Paul, nous voulons répéter : » Annoncer l’Evangile en effet n’est pas pour moi un titre de gloire ; c’est une nécessité qui m’incombe. Oui, malheur à moi si je n’annonçais pas l’Evangile !…c’est une charge qui m’est confiée » (1 Cor 9, 16-17).

Related Articles

One Comment

  1. C’est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que les relations entre les religions commencèrent à s’intensifier. En 1965, lors du concile Vatican II, les catholiques firent un pas important en direction des juifs et des autres religions, en se fondant sur cette idée que le Christ parle aux hommes à travers les cultures et les religions qui sont les leurs. La déclaration du Concile œcuménique Vatican II – Nostra Aetate – en est le document fondateur :

    « […] L’Église catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions. Elle considère avec un respect sincère ces manières d’agir et de vivre, ces règles et ces doctrines qui, quoiqu’elles diffèrent sous bien des rapports de ce qu’elle-même tient et propose, cependant reflètent souvent un rayon de la vérité qui illumine tous les hommes. […] »

    Le dialogue entre les chrétiens et les autres religions est réalisé dans un esprit de liberté, d’ouverture, d’écoute afin d’apprendre à se connaître, à apprécier à la fois nos différences et les valeurs communes qui nous lient les uns aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close