DOSSIERS

Depuis leur arrivée à la Paroisse Saint François Xavier d’Oyack, les Abbé François Laurent SIE et Meinrad HEBGA s’expriment pour la première fois sur leur identité

Depuis leur arrivée à la Paroisse Saint François Xavier d’Oyack, les Abbé François Laurent SIE et Meinrad HEBGA s’expriment pour la première fois sur leur identité, leur parcours et leur vie. Votre journal est allé à leur rencontre. Chrétiens, voici vos Prêtres !

  1. Abbé François Laurent SIE, Vicaire et Aumonier zonal des jeunes: « Il faut avoir confiance en Dieu »

Qui est l’Abbé François Laurent SIE ?

Abbé François Laurent SIE
Abbé François Laurent SIE

L’Abbé François Laurent SIE est Prêtre de JESUS CHRIST depuis 7 ans. Entré au Séminaire en 1999 à Mbanga, j’ai suivi 3 années de philosophie à Bafoussam, 4 années de théologie et 2 années de diaconat. L’ordination se fait en 2008 au lieu de 2007, parce que j’ai été recalé d’une année par rapport aux autres de ma promotion. Donc c’était en décembre 2008 au lieu de décembre 2007.

Quelle est votre particularité en tant que Prêtre ?

Je me suis engagé dans la fraternité franciscaine de l’Emmanuel qui est spécialisée dans la jeunesse et les pauvres. C’est pour cela que je me suis retrouvé au collège aux côtés des jeunes et on continue à me confier la jeunesse. Ce qui ne fait pas de moi le Prêtre des jeunes. Je suis au service du Peuple de Dieu. Je reçois tout le monde, même si je connais un peu la psychologie des jeunes.

Parlant justement de cette jeunesse, comment trouver celle de notre Paroisse depuis votre séjour ?

Pour le moment c’est une jeunesse que je vois un peu fuyante. Les jeunes fuient trop les responsabilités.

Et qu’en est-il de la Communauté dans son ensemble ?

Je la trouve [avec hésitation] réservée. Je ne sais pas si c’est le mot qui sied. C’est une Communauté qui ne s’implique pas trop dans la chose de l’Eglise. Il y a quelques exceptions, mais en majorité, les gens ne s’impliquent pas trop dans les affaires de l’Eglise.

L’on observe de nos jours que beaucoup entrent dans l’Eglise pour se servir et non pour servir. Alors que dites-vous à ces jeunes qui sont tentés par le sacerdoce ?

Ce qui est sûr, c’est que le sacerdoce est une vocation. Et c’est Dieu seul qui appelle, quelle que soit la médiation. L’homme peut avoir des aspirations, mais tant que Dieu ne les a pas soutenues, il ne peut pas être Prêtre. La médiation peut se faire à travers une personne, un événement, soit par une aspiration personnelle qui nous pousse à quelque chose. Autant de choses qui permettent de discerner et de s’engager

Un dernier message à l’endroit des fidèles

Il faut avoir confiance en Dieu.

Le journal paroissial vous dit merci pour votre disponibilité

Merci à vous également (avec beaucoup de sourire).

**** **** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** ***

2. Abbé Meinrad HEBGA, Aumônier paroissial des jeunes : « Je suis Prêtre pour servir le Peuple de Dieu »

C’est qui l’Abbé Meinrad HEBGA?

L’Abbé Meinrad, c’est l’Abbé Meinrad [avec humour], puisque vous parlez déjà de lui. Mais ma famille m’a donné le nom de Meinrad Pierre Joseph HEBGA NJOCK MINTOGUE. Ma famille habite à Ndogbong. J’ai fait mes études primaires à l’Ecole publique de Ndogbong. Après le C.EP.E, je suis allé au petit séminaire Saint Paul de Nylon où j’ai suivi ma formation jusqu’en terminal. J’entre au grand séminaire en 2005. Après un an en propédeutique (1ère année d’études universitaires en Lettres et en Sciences) [ndlr] de Mbanga, je vais à Bafoussam pour 3 ans de théologie. Après la soutenance de mon mémoire en philosophie politique, on m’envoie en stage pastoral dans le diocèse de Buea avec un double objectif : apprendre l’anglais et m’imprégner de la réalité pastorale. Par la suite, l’Evêque m’a admis à continuer mes études de théologie. 4 ans après, j’ai soutenu un mémoire en écritures saintes. S’en est suivie l’ordination diaconale le 14 juin dernier et enfin l’affectation ici dans votre paroisse comme diacre et peut être vicaire en attendant l’ordination presbytérale d’ici décembre éventuellement. Voilà présenter l’Abbé Meinrad HEBGA en peu de mots.

Votre nom fait penser au très célèbre et défunt Père HEBGA, l’exorciste. Vous êtes parentés?

La parenté est large en elle-même, ce n’est pas quelle que chose de fermé. Mon papa a été initié dans le Renouveau Charismatique par le Père Meinrad HEBGA. C’étaient de grands amis. Comme Prêtre, mon papa l’a beaucoup admiré dans sa rigueur, dans sa discipline de vie. Et à ma naissance, on a décidé de me donner son nom. Comme pour dire que c’était une valeureuse personne. C’est donc au nom de l’amitié et des liens aussi ; l’affection de mon papa vis à vis de ce valeureux Prêtre d’une notoriété internationale, spirituellement bien nanti et reconnu aussi pour son érudition. On peut dire qu’on est rapproché du point de vue familial. C’était un Bassa, et je suis Bassa.

Peut-on alors considérer que le chemin était déjà tracé pour que vous deveniez Prêtre ?

On ne saurait le dire de façon lapidaire. Par contre on pourrait soutenir qu’au fil des années, il y a des vocations particulières. C’est-à-dire qu’on peut vous donner le nom d’un Prêtre et vous ne devenez pas Prêtre. Pour mon cas je suis en voie de devenir Prêtre. C’est le temps qui parle en faveur des événements, et non les événements qui parlent en faveur du temps. Dieu a certainement fait le choix de me faire Prêtre. C’est la providence divine tout simplement. Je ne deviens pas Prêtre parce qu’on m’a donné le nom du Père HEBGA [en riant]. On n’est pas au service du nom qu’on porte. Je deviens Prêtre parce que j’ai senti un appel du CHRIST. Peut-être c’est la coïncidence des faits.

C’est quand même une grosse responsabilité vue la notoriété de ce grand homme de Dieu. Vous sentez-vous en mesure d’assumer ce nom-là ?

L’Eglise interdit le clonage. Donc je ne suis pas un clone du père Meinrad HEBGA. Il reste celui qu’il a été ; je suis celui que je suis, à la suite du CHRIST. Ma vie ou mon sacerdoce ne va pas se modeler sur la base de ce qu’a été le Père HEBGA, mais plutôt sur le CHRIST lui-même, tout en admirant les qualités de ce Père à qui je rends hommage, que j’affectionne personnellement et que j’ai d’ailleurs connu et approché. Mais je ne deviens pas Prêtre pour être comme le Père HEBGA, mais pour servir. Le sacerdoce c’est un service, un don de soi. J’entends me donner au CHRIST comme lui, le Père Hebga, s’est donné au CHRIST ; pas pour l’imiter, mais imiter le CHRIST.

Le Pape François a dit qu’il est « le Pape des pauvres ». Alors comment vous définissez-vous en tant que Prêtre?

Comme un serviteur, parce que le CHRIST est un serviteur. Je suis Prêtre pour servir tout le monde sans distinction de race, de sexe, d’origine, de langue ou de tribu. Le Pape est le Pape des pauvres, et moi, je suis Prêtre pour servir le Peuple de Dieu.

Que pourriez-vous dire aux jeunes qui aimeraient exercer dans la prêtrise ?

La vocation c’est un appel qui se ressent à partir de son cœur. J’avoue qu’il y a des difficultés qui sont multiples : la famille, les doutes personnels, etc. Il faut voir la vocation de Samuel. Il ne sait pas que c’est le Seigneur qui l’appelle, il va vers le prophète Elie : « Tu m’as appelé la 1ère fois, la 2ème fois tu m’as appelé… » Le prophète Elie comprend que c’est Dieu qui l’appelle et lui dit : « Quand le Seigneur t’appellera, dit que Seigneur me voici…» Donc ces jeunes-là qui ressentent le désir de devenir Prêtre doivent s’approcher des Prêtres, ils pourront les accompagner, les aider ou discerner avec eux l’appel. Dieu appelle toujours à partir d’un événement, d’une situation. On peut avoir des motivations de base, mais il faudrait, chemin faisant, que ces intentions de bases soient purifiées. Il ne faut pas venir à la prêtrise en laissant prospérer ses tendances égoïstes.

En tant qu’aumônier des jeunes, comment percevez-vous la jeunesse paroissiale et qu’entendez-vous lui apporter?

C’est une jeunesse qui a de la volonté, mais quelque peu timide et qui n’ose pas. Pour les 8 semaines que j’ai déjà passées ici, j’ai l’impression qu’elle est hésitante. Elle se réfère beaucoup plus à l’histoire qui la retient en arrière, au lieu de considérer plus le présent. Le rôle d’un aumônier c’est de suggérer, d’accompagner, de stimuler la jeunesse à se prendre en charge elle-même. L’aumônier ne fait pas une jeunesse ; il œuvre pour qu’elle chemine ensemble pour des résultats meilleurs, s’il faut parler de résultats.

En même temps vous êtes Directeur du journal paroissial, ‘’LE XAVERIUS’’, quel est votre regard ?

La vocation d’un journal paroissial est d’évangéliser, de former le Peuple (de Dieu) [ndlr]. Voilà pourquoi j’ai apprécié les rubriques telles que le Commentaire de Texte, la Catéchèse et l’Editorial, qui sont déjà une nourriture spirituelle pour les chrétiens. Il y a aussi l’ouverture des autres rubriques qui ne sont pas à négliger telles que l’Actualité… l’Astuce Santé, le Leadership, les Faits Divers[ndlr]qui tiennent compte du fait que nous vivons dans une société. Toutes ces rubriques aident les Chrétiens à mieux se former et s’informer. Voilà la particularité de ce journal qui est bien différent des autres journaux paroissiaux. L’Abbé André NTAMACK nous a donné raison en nous envoyant les jeunes de la Paroisse Sainte Anne de NkongMondopour se former (chez-nous). Ce qui montre que ce journal a de la valeur et a sa place. Mais nous allons travailler à l’améliorer davantage.

LE XAVERIUS vous dit merci

C’est moi qui vous remercie. C’est un plaisir de se faire connaître à partir de ce journal.

Propos recueillis par : Cyril Marcel ESSISSIMA et Ronald NANA (Publié le )

Facebook Comments

Alain TEMFACK

Catho-News est un magazine web religieux créer dans le but d'aider les paroisses, chapelles et mouvements d'action Catholique a pouvoir mieux communiquer entre eux. Avec le grand Apôtre et évangélisateur saint Paul, nous voulons répéter : » Annoncer l’Evangile en effet n’est pas pour moi un titre de gloire ; c’est une nécessité qui m’incombe. Oui, malheur à moi si je n’annonçais pas l’Evangile !…c’est une charge qui m’est confiée » (1 Cor 9, 16-17).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close